Le girl power de Morgane Moncomble avec « Nos âmes tourmentées »

Morgane Moncomble publie son nouveau roman, « Nos âmes tourmentées » en 2019 !

Je viens tout juste de terminer ce chef d’oeuvre, et la première chose que j’aie eue envie de faire après ça, c’est en parler. Alors me voilà, derrière mon écran, à vous écrire un article au sujet du livre le plus bouleversant que j’aie jamais lu. Et je n’exagère rien ! Il est rare qu’une histoire provoque en moi de telles émotions. Les larmes sont arrivées toutes seules, me laissant plus surprise encore que vous. Et puisque je ne pourrais décemment pas vous parler pleinement de ce bouquin sans en révéler quelques points stratégiques de l’intrigue, une ALERTE SPOILER est en vigueur à partir de maintenant !

Morgane Moncomble ne m’est pas inconnue. J’ai lu Viens on s’aime, que j’ai trouvé absolument magnifique, touchant et vrai, et je m’apprête à lire le tome 2 intitulé Aime-moi, je te fuis. Je ne suis certainement pas indifférente à son style d’écriture et je suis totalement en admiration devant sa capacité à aborder des sujets difficiles avec une telle authenticité que c’en est troublant. Et avec Nos âmes tourmentées, elle ne m’a clairement pas déçue.

L’histoire d’Azalée Green est unique et pourtant, beaucoup de jeunes filles, de femmes, pourront s’identifier à son parcours, bien malheureusement. Même si les statistiques sont complexes à vérifier, saviez-vous qu’en France, selon Libération, 93 000 femmes ont été violées en 2018 ? Seules 10% d’entres elles portent plaintes. Seules 10% des plaintes aboutissent à une condamnation. C’est le cas d’Azalée, et même si elle n’est qu’un personnage fictif, me direz-vous, je ressens sa peine, sa souffrance, sa dépression et son combat dans chacun des ses mots. Car cette souffrance et ce combat sont bien réels pour toutes ces femmes, qui elles, ne sont pas fictives.

La dépression a plusieurs visages, et c’est ce que nous montre l’auteure dans ce récit. On ne peut jamais véritablement savoir quand une personne souffre de dépression car si elle n’en parle pas, personne ne pourrait réellement s’en douter. Derrière un sourire peut se cacher tout un tas d’autres émotions contradictoires, qui peuvent détruire à petit feu une personne.

Cette histoire ne parle pas que de ça : on parle de harcèlement, de suicide, de parentalité, de l’adolescence et de l’âge adulte. Le passage entre ces deux étapes de la vie est parfois assez flou, car qui peut se prétendre être réellement adulte à 18 ans, ou même à 24 ?

Ce livre est une leçon de féminisme à tous les hommes, mais aussi à toutes les femmes qui auraient oublié ce qu’est véritablement ce mouvement, que l’on minimise trop souvent ou que l’on qualifie d’extrémiste à bien des égards. Une femme peut-être féministe, un homme peut l’être aussi. Et c’est bien normal. La notion de sex positivity intervient également et met en lumière cette idée que quiconque étant à l’aise avec sa sexualité n’a pas à être aveuglément jugé pour ce fait, comme quelqu’un qui ne l’est pas n’a pas à l’être non plus. En somme, cette histoire parle de liberté : la liberté d’être soi, la liberté de vivre comme on l’entend, avec qui on l’entend.

Mais si quelque chose différencie bien ce roman de toutes les autres histoires du genre, c’est ce que dit Azalée vers la fin du livre:

« Je vais mieux. Bien mieux. Rencontrer Eden a été une véritable source de lumière dans ma vie, mais ça n’a pas réussi à me sauver. C’est ma nouvelle estime de soi qui a fait la différence ».

Azalée Green, dans Nos âmes tourmentées par Morgane Moncomble, page 470.

Pour une fois un héros masculin n’est pas la seule cause du changement radical dans la vie de notre héroïne. Il n’est pas ce maillon indispensable de la chaîne, celui qui sauve la demoiselle en détresse et tout est bien qui finit bien. Pour une fois, notre héroïne s’attribue le mérite de ce changement, car dans la dépression, elle seule pouvait se sauver elle-même. Je trouve admirable et normal que l’auteure ait fait ce choix pour son personnage, et cela s’accorde parfaitement avec le thème général du livre.

Certes, je suis certaine que d’autres histoires ont repris cette même notion d’estime de soi, et je serais ravie d’y plonger.

Nos âmes tourmentées aura résonné en moi plus fort que n’importe quel autre roman dans ma bibliothèque, et je vous le recommande chaudement ! C’est ça que j’aime dans la New Romance: des personnages plus vrais que natures, authentiques et attachés à une réalité que certains d’entre nous, parfois malheureusement, connaissons tous.

Et toi ? Tu as lu Nos âmes tourmentées ? Si oui, qu’en as-tu pensé ? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire !

Bonne lecture, et gardez la banane !

P.S.: Victime de violences sexuelles ? Appelez gratuitement et de façon anonyme le 0800 98 100. Parlez-en.

Publié par bananasbooks95

Fan de lecture et de musique, je me livre corps et âme à la création de mon blog de critique littéraire sur mes lectures préférées !

2 commentaires sur « Le girl power de Morgane Moncomble avec « Nos âmes tourmentées » »

Répondre à bananasbooks95 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :