6 ans, une histoire d’amour atypique, signée Elle Séveno

J’ai découvert Elle Séveno grâce à son premier texte, Made Me Bad : j’ai un faible pour les bad boy – en même temps, qui ne les aime pas ? L’auteure a réussi à m’accrocher rien qu’avec ce détail, aussi j’avais hâte de continuer à lire ses écrits. J’ai été très séduite par Restart With Song – en ce moment-même réquisitionné par ma chère Maman, qui le dévore également – car je suis une adepte des histoires impliquant des musiciens. Jusqu’ici, Elle Séveno ne m’a jamais déçue. Et ce n’est pas prêt d’être le cas, je pense.

Encore une fois, avec 6 ans, elle a attiré mon attention. Ce roman fait partie de mes achats impulsifs du Festival New Romance 2019 de Lille – je regrette d’ailleurs de ne pas avoir pu rencontrer l’auteure, mais la file était tellement longue… j’ai été découragée. C’est dire combien ses récits ont séduit du monde !

J’ai bêtement cru que ce bouquin ne raconterait qu’un fantasme de la babysitter : un petit garçon qui tombe amoureux de la jeune ado qui s’occupe de lui en soirée pendant que les parents sont de sortie, parce qu’elle est belle et plus âgée. J’ai pensé retrouver six ans plus tard, le même petit garçon, un peu plus adulte certes, mais toujours aussi enfantin, et surtout, je ne m’attendais pas à cette réaction de la part de la babysitter en question. A bien y réfléchir, j’aurais réagi pareil, en fin de compte.

Jetons un oeil au résumé !

« 6 ans séparent Victoria et Raphaël.

6 ans d’écart qui ont suffi, lorsqu’elle était adolescente, à ce que Victoria ne se rende jamais compte de l’amour que lui portait le jeune Raphaël et n’ait d’yeux que pour son grand frère bien plus attirant.

6 ans sans se voir depuis que Victoria a quitté la ville du jour au lendemain avec sa famille, laissant désespéré celui dont elle était la baby-sitter.

Quand Victoria revient, des années plus tard, il ne faut que 6 secondes à Raphaël pour tomber de nouveau amoureux d’elle. Sauf qu’il n’est plus un enfant et compte bien le lui prouver. Quoi qu’en dise son frère. »

J’ai terminé cet ouvrage en sept heures. Je l’ai commencé sans grande conviction, cherchant simplement à m’occuper l’esprit en attendant que mon dîner soit prêt. Et je n’ai pas réussi à le reposer. Je le lisais même en mangeant, c’est vous dire ! Il est rare qu’un livre me fasse cet effet-là, mais dans un sens, je ne suis pas surprise. C’est là que réside le talent de cette auteure hors du commun. Elle nous tient en haleine, jusqu’au bout, alors qu’on sait très bien qu’une fin qui ne sera pas heureuse ne nous satisfera pas et qu’il est obligé que tout se finisse bien. Et surtout, j’ai remarqué le talent de Séveno pour faire monter la température.

J’ai eu très, très chaud pendant cette lecture. Il faut dire que le petit Raphaël n’est pas du tout comme je me l’étais imaginé au départ. La puberté, ça fait tout. Je ne pensais pas ressentir autant de tension sexuelle entre les deux héros principaux, et c’est une très agréable surprise. Je me souviens avoir ressenti la même chose en lisant Make Me Bad.

L’alchimie entre les personnages est indéniable et on le sent dès le départ. Car quand Victoria revoit Raphaël pour la première fois depuis six ans, elle n’a pas simplement la réaction de l’éternel « Waouh, tu as bien grandi ! ». Non, ce serait trop facile. C’est une véritable attraction, comme deux aimants, qui s’est installée entre eux.

Je n’ai pas aimé le personnage de Brice, mais je pense que c’était l’intention de l’auteure de ne pas le faire apprécier au début, du moins. C’est lui, ce fameux frère aîné. Il m’est apparu comme quelqu’un de collant, de lourd et de trop insistant. Certes, parfois, quand on traîne une histoire avec quelqu’un, se revoir est toujours un peu compliqué et les sentiments refont souvent surface. Mais sont-ce véritablement des sentiments, ou simplement leur souvenir un peu trop réconfortant ? Pendant un moment, j’ai eu peur pour le pauvre Raphaël, qui se débat comme il peut pour être pris au sérieux en tant qu’adulte.

Et puis, il y a toute cette histoire secondaire qui entoure les personnages et les lie, d’une certaine façon : le cancer de la mère de Raphaël, les mésaventures (ou pas ?) de la soeur de Victoria, les souvenirs de sa grand-mère… Tout s’assemble parfaitement, comme un puzzle.

J’admire également les connaissances (ou les recherches) de l’auteure sur le wakeboard ! Tant de mots techniques que je n’ai pas toujours compris. Je me suis amusée à chercher des vidéos sur YouTube pour voir de quoi ça avait l’air. J’ai bavé, oui. Parce qu’il est indéniable que ce genre de sport a une façon de façonner un corps masculin comme aucun autre. Ce n’est donc guère étonnant quand on voit l’effet que le personnage de Raphaël a sur Victoria. J’en suis encore toute retournée !J’ai vraiment adoré cette histoire, surtout que je peux totalement comprendre le point de vue des héros sur la différence d’âge. Parfois, les gens ont beau être à des stades différents dans leurs vies respectives, cela ne signifie pas forcément qu’ils veulent des choses différentes. Tant qu’on aime, on ne compte pas. Et une chose est sûre : l’amour qui lie Victoria et Raphaël est fort, intense, passionné et je l’ai vécu et ressenti avec eux tout au long de ma lecture.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Dites-moi tout !

Bonne lecture, et gardez la banane !

Publié par bananasbooks95

Fan de lecture et de musique, je me livre corps et âme à la création de mon blog de critique littéraire sur mes lectures préférées !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :